Faut-il se dire qu’on s’est trompé ?

Question éminemment sensible…
Il faudrait d’abord commencer par savoir ce que signifie « tromper »… et donc ce que signifie « fidélité ».

Dans notre société occidentale, tromper, c’est aller voir ailleurs. Oui, mais sous quelle forme ? Est-ce « faire du sexe » avec une autre personne ? Est-ce l’embrasser ? Est-ce dormir avec elle ? Est-ce tomber amoureux.se ? Est-ce draguer ou regarder du porno seul ? Est-ce fantasmer sur le voisin ou la voisine ? Est-ce autre chose encore ?
Chacun.e a sa vision, et c’est souvent difficile d’en parler en couple, surtout lorsqu’on a déjà mis le doigt dans l’engrenage de la transgression.

Au début d’une relation amoureuse, il est essentiel d’avoir la discussion de l’exclusivité et de clarifier au maximum ce que chacun.e attend de l’autre : souhaite-t-on une relation exclusive ou pas ? De quoi ai-je besoin ? De quoi as-tu besoin ? Quelles sont tes limites et quelles sont les miennes ? Et pourquoi ? C’est important de se poser la question sincèrement et de partager la réponse, même si ça fait sortir des choses qu’on n’a pas envie de voir ou dont on n’est pas très fier.e. La réponse « c’est comme ça » ou « ça me ferait trop mal » ne permet pas de comprendre clairement ce qu’il y a derrière ce besoin de l’autre. On se retrouve comme un enfant devant une règle d’école, sans explication. Et cette explication, on l’imagine, avec ses propres références, et souvent, ça ne suffit pas, puisqu’on n’est pas l’autre.

Autre chose encore : sommes-nous aligné.e.s sur le sens des mots ? Car fidélité, loyauté, confiance, respect, tromperie, discrétion, jardin secret, pardon, … ne signifient pas la même chose d’une personne à l’autre. Tout dépend du vécu de chacun.e, de son éducation, de ses repères et valeurs.
Il est également bon de savoir ce qu’on ferait si l’un.e ou l’autre est amené.e à transgresser les accords passés. Doit-on se le dire ou pas ? Pourrait-on se pardonner l’un.e à l’autre, et à soi-même ? Et si on ne se le dit pas, y a-t-il des règles à respecter et quelles sont-elles ?

Si j’interroge cela aujourd’hui, c’est parce que j’entends beaucoup de souffrance autour de l’exclusivité lorsqu’elle n’est pas une évidence absolue pour les deux partenaires, ou lorsqu’elle est mal comprise parce qu’elle n’a pas été vraiment discutée.

Pourquoi a-t-on besoin d’exclusivité en amour alors qu’on n’en a (en général) pas besoin en amitié ? Pourquoi ne peut-on pas imaginer avoir plusieurs personnes dans notre vie (avec ou sans amour d’ailleurs) sans qu’il n’y ait de concurrence, alors qu’on peut aimer nos enfants aussi fort les un.e.s que les autres ? Ce besoin d’exclusivité est-il vraiment inné, comme le disent certain.e.s, ou est-il culturel ? Que se passerait-il dans une société où l’on nous apprendrait dès la naissance qu’il est normal d’avoir des relations amoureuses et sexuelles avec diverses personnes, comme on a plusieurs ami.e.s, sans que cela nous mette en danger ?
Souvent, la réponse, c’est : je ne pourrais pas le supporter. Mais supporter quoi ? De ne plus être la personne la plus importante pour l’autre ? De ne pas être capable de remplir tous les besoins de l’autre ? (mais est-ce vraiment possible ? Quelle pression !) De perdre l’autre ?

J’entends souvent : le couple libre, c’est dangereux. Mais est-ce une réalité ? La possibilité de « goûter » est-elle réellement plus dangereuse que l’interdit ? Y a-t-il vraiment plus de problèmes dans les couples libres que dans les couples exclusifs ?

Se poser, seul et ensemble, ces questions peut aider à limiter les difficultés dans le couple. Car qu’on le veuille ou non, la tentation d’aller voir ailleurs, on y est (presque) tou.te.s confronté.e.s un jour ou l’autre. Et c’est dommage de n’y avoir pas réfléchi quand il en était encore temps.

Une vidéo amusante pour finir :
L’infidélité

Besoin d’un coaching de vie / sexo ? Contactez-moi 😊 => https://sexopepite.com/contact
Vous voulez recevoir mes articles directement dans votre boîte mail ? Abonnez-vous en bas de mon blog sexo : https://sexopepite.com/blog/

%d blogueurs aiment cette page :