Faut-il rompre ? Et après ?…

Le sujet du jour, c’est la rupture amoureuse. Celleux d’entre nous qui l’ont déjà vécue savent à quel point cela peut parfois être douloureux.
Quand faut-il décider de rompre ? Et comment surmonter la rupture, qu’on l’ait choisie ou non ?

Lorsqu’on ne se sent pas heureux.se avec son partenaire, ou bien heureux.se par moments et très malheureux.se à d’autres, bref, que la relation n’est pas fluide, il est important de pouvoir se poser la question de ce qui ne va pas, seul.e et à deux. Rester dans le déni ne fait que reporter le moment de prendre une décision et donc prolonger la période de mal-être. Bien sûr, avant de prendre la décision de la rupture, il y a beaucoup de choses à tenter.

D’abord, réfléchir pour soi-même : est-ce à cause de la relation que je me sens mal ? Est-ce qu’elle m’apporte plus de positif que de négatif ? Est-ce qu’elle me donne de l’énergie ou m’en prend ? Qu’est-ce qui ne me convient pas, où mes limites et mes besoins ne sont-ils pas respectés, suis-je suffisamment clair.e et honnête avec moi-même (et avec l’autre) par rapport à mes attentes ? Souvent, on s’attend à ce que l’autre nous comprenne sans lui expliquer clairement les choses, parce que ça nous semble évident, parce qu’iel « nous connait »… C’est une erreur ! Rappel : nous sommes tou.te.s différent.e.s !
Qu’est-ce qui me blesse et pourquoi, quelles « blessures du passé » sont en jeu ? (trahison, rejet, abandon, etc.) Qu’est-ce qui a fait que j’ai décidé de construire un couple avec mon.ma partenaire et qu’est-ce qui a changé depuis ? Les bases de la relation étaient-elles « saines » et claires pour les deux dès le départ, où en sommes-nous aujourd’hui et pourquoi ?

Ensuite, il faut oser parler de ce qui ne va pas. C’est difficile, car s’il y a des tensions, on a vite tendance à tomber dans le reproche, ce qui n’aide pas puisque l’autre se sent attaqué.e (et réciproquement). La communication non violente est un très bon outil pour apprendre à passer des messages clairs et sans attaque. Bien entendu, dans ce cas, il est essentiel de faire l’effort de ne pas interpréter ce que dit l’autre, et ça aussi c’est difficile, surtout en période de stress dans le couple.
Nous avons souvent tendance à attendre trop longtemps pour agir, ou à refuser d’entendre certaines choses pourtant évidentes, parce que ça implique de sortir d’une forme de confort (parfois inconfortable). Or l’être humain n’aime pas sortir de sa zone de confort 😏. Lorsqu’on sent qu’on n’y arrive plus, il est important de se faire accompagner par un.e thérapeute de couple sans attendre d’être dans l’impasse totale. Ce n’est pas un aveu de faiblesse, au contraire. Avoir recours à un.e professionnel.le, une personne qui a des outils, qui n’est pas impliquée dans votre histoire, qui verra des choses que ni vous, ni votre conjoint.e ne voit, c’est se donner la chance de trouver une solution, de repartir sur d’autres bases, ensemble ou non.

Si, malgré vos efforts, la rupture est inévitable, elle peut être très douloureuse. Certain.e.s la vivent commme un échec, mais le véritable échec n’est-il pas de rester dans quelque chose qui ne fonctionne plus ? Rappelez-vous que vous pouvez décider de sortir des croyances de notre société de performance : revoir votre conception de la réussite et de l’échec peut vous soulager. Une autre croyance limitante, comme on dit en coaching, c’est qu’une seule personne peut satisfaire tous nos besoin toute la vie. C’est ce qu’on nous apprend (aaaah le.la prince.sse charmant.e), mais est-ce vraiment réaliste ?
Certain.e.s vivent la rupture comme un abandon, un rejet, une trahison, une humiliation, une injustice… Là encore, ça vaut la peine de se poser les bonnes questions et de se faire accompagner dans le deuil par un.e coach ou un.e psy. Accepter la rupture, ça peut prendre du temps, parce qu’on a peur d’être seul.e, ou qu’on est encore dans une forme d’addiction à l’autre, à ce qui marchait, ou pour d’autres raisons encore. N’oubliez pas non plus que lors d’une rupture douloureuse, on peut avoir tendance à idéaliser l’autre et la relation. C’est un piège ! Si c’était le cas, la relation aurait été épanouissante et non compliquée. Prenez vos distances avec votre ex (idéalement, si possible, rompez tout contact pour pouvoir passer à autre chose), respectez-vous et respectez l’autre, n’entrez pas dans des jeux de manipulation (culpabilisation etc.) et donnez-vous le temps pour vous reconstruire. Un deuil, ça peut prendre des mois, mettez votre énergie au bon endroit !

Il y a encore beaucoup à dire mais le but n’est pas d’écrire un essai sur le sujet 😉
Quelques références pour aller plus loin :
La rupture amoureuse (Véronique Kohn)
Heartbreak and Recovery, en anglais (Multiamory)

Besoin d’un coaching de vie / sexo ? Contactez-moi 😊 => https://sexopepite.com/contact
Vous voulez recevoir mes articles directement dans votre boîte mail ? Abonnez-vous en bas de cette page 🤩

%d blogueurs aiment cette page :