Le coaching en sexualité, dites-vous ?

Envie de développer une sexualité positive et épanouissante ? De trouver des clés pour vous déployer, pour être plus sur.e de vous, plus à l’écoute de vos besoins et envies ? D’améliorer la qualité de vos relations amoureuses ?

Le sujet du jour, c’est le coaching en sexualité, et je vais tenter de vous expliquer ce que c’est. Ça tombe bien, c’est mon job 😊

Si j’ai choisi ce sujet aujourd’hui, c’est parce que j’entends tout et n’importe quoi sur le coaching. Ce n’est pas étonnant : c’est à la mode et des tas de gens se lancent en tant que coaches, à tel point qu’on ne sait plus trop à qui on a affaire. Comme à chaque fois qu’une profession devient porteuse, on trouve de tout 🙄 Regardez comment on voyait les psy il n’y a pas si longtemps…

J’ai choisi de parler de coach au féminin, bien qu’évidemment il y ait aussi des coaches masculins, et de vous donner MA vision 🙂

Pour commencer, qu’est-ce que c’est, une coach en développement personnel ou coach de vie ? (vous n’aimez pas ces termes ? Moi non plus ! Lisez quand-même 😉) C’est une personne qui vous ACCOMPAGNE dans votre réflexion pour sortir d’une impasse et/ou aller vers un mieux. Le but du coaching, c’est donc de vous faire réfléchir avec d’autres lunettes que les vôtres, pour mettre en évidence non pas pourquoi vous êtes dans une situation qui ne vous convient pas (ça c’est plutôt le rôle du psy), mais COMMENT faire pour en sortir. Le coaching, ça peut être très concret, voire carrément cartésien. On est surtout dans de la logique.

Le coaching, ce n’est PAS de la psychanalyse ! La coach ne touche pas aux blessures du passé. Elle utilise des outils de coaching (il existe différentes approches, comme l’analyse transactionnelle, l’approche systémique, etc.) qui lui permettent de mettre en lumière des « croyances limitantes » (idées reçues qui nous empêchent d’avancer), des modes de fonctionnement, et qui orientent ses questions afin de faciliter votre progression vers un « objectif de coaching » que vous définissez ensemble mais qui peut évoluer avec le temps. Une coach ne donne pas de solution, la solution (ou son ébauche), elle vient de VOUS grâce aux questions que la coach vous pose.

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’un coaching, ça ne dure pas nécessairement des semaines. Souvent, une séance suffit. Parfois, il en faut plusieurs, mais il est rare de dépasser 5 à 10 séances. C’est vous qui fixez la limite. Vous vous sentez reboosté.e après une séance, vos pensées sont plus claires, vous avez des idées de choses à tenter pour améliorer la situation ? Super ! Vous ne vous sentez pas mieux ? C’est possible aussi : il faut parfois quelques jours pour que tout ce qui s’est dit « percole ». Dans tous les cas, ma vision, c’est que ce n’est pas à la coach de vous dire si oui ou non vous avez besoin de revenir la voir. Certaines coaches donnent des exercices à faire après la séance ou pas, selon la situation, et c’est OK. L’essentiel est que vous vous sentiez bien avec ce qu’on vous propose, que ça vous PARLE. Pour faire simple, ne faites jamais quelque chose dont vous n’avez pas envie, coaching ou non, et si quoi que ce soit vous met mal à l’aise durant la séance, dites-le et au besoin, demandez à arrêter !

Comment savoir si une coach est sérieuse ou si c’est un charlatan ? Selon moi, une coach doit pouvoir comprendre qu’on ait besoin d’être rassuré concernant sa légitimité, puisque, comme je le disais, on trouve de tout. Voici quelques points que vous pouvez vérifier avant la séance (ou en début de séance) pour vous mettre en confiance :
– demandez-lui pourquoi elle a choisi ce métier, ses motivations, ce qui l’intéresse dans le coaching
– posez-lui des questions sur son approche, sa formation, ses outils, son expérience
– vérifiez qu’elle cite et applique bien les principes de bases du coaching : la confidentialité, un cadre sécurisé où vous vous sentez bien, une véritable écoute, zéro jugement sur ce que vous lui racontez, un accueil adéquat de vos émotions…
Et surtout, ECOUTEZ-VOUS ! Chaque coach a son style, qui vous correspond ou non. En outre, il y en a des très compétents et d’autres moins (voire pas), c’est comme les psy, les médecins et le reste : si ça ne fonctionne pas, allez voir quelqu’un d’autre !

Un dernier préjugé auquel je voudrais tordre le cou : contrairement à ce que j’ai lu ici et là, la location d’un cabinet n’est PAS un gage de qualité ni de professionnalisme, évidemment ! De nombreux bons coaches reçoivent chez eux car louer un local implique d’en répercuter le coût sur le prix de la séance, ce que certains coaches refusent de faire. L’important, de nouveau, est de vous sentir en SECURITE.

Quid du coaching en SEXUALITE dans tout ça ? Sex coach, love coach, coach sexuel, sexologue, de nouveau, les appellations foisonnent. Que fait une coach en sexualité ? Si c’est une coach certifiée, elle utilise la méthodo de coaching pour traiter des sujets… liés à la sexualité. Sujets sur lesquels elle est formée, que ce soit via un ou des cursus, son expérience, ses échanges, ses recherches… Chaque coach a son histoire. En général, les coaches en sexualité poursuivent plusieurs buts :
– écouter vos doutes et vous accompagner dans la recherche d’une clarification, voire d’une solution à un problème que vous rencontrez ;
– vous informer pour mettre en lumière des croyances, déconstruire des tabous et ouvrir l’esprit (c’est ce que je fais sur ce groupe et dans mes ateliers) ;
– donner des conseils sur comment réaliser tel ou tel acte sexuel, gérer une séparation, débuter en club libertin ou que sais-je encore (ce ne sont que quelques exemples parmi des milliers de sujets possibles, évidemment :-)) Pourquoi pas !
– on peut aussi mélanger le tout pour, selon le cas, être plus dans de l’écoute et du questionnement ou davantage dans de l’information et du conseil.
Finalement, l’essentiel, c’est de pouvoir s’adapter à la demande de la personne que l’on coache !

Une coach en sexualité est-elle une sexologue ? Ca dépend de ce qu’elle propose ! Bien que la profession de sexologue ne soit pas encore officiellement reconnue (on se demande pourquoi !), il existe un diplôme en sexologie clinique. Ceci dit, on peut être une bonne coach en sexualité sans être passée par la case universitaire. Comme pour tout, ça dépend du parcours de chacun.e ! Les métiers de sexologue et de coach peuvent être très complémentaires : on peut exercer les deux en même temps, ou chacune peut rediriger une personne vers l’autre (ou vers un médecin, psy…), selon la demande, le contexte, etc.

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez être coaché.e, quel que soit le sujet, mieux vaut chercher une coach « via via ». Le bouche-à-oreille et une idée claire de comment la coach travaille et réfléchit vous assureront une meilleure qualité et sécurité que si vous cherchez simplement au hasard sur Internet.

Pour conclure, je vous invite à consulter quelques sites qui parlent de coaching, quelques vidéos de love coachs, quelques pages de sexologues, et à choisir ce qui vous convient le mieux. Est-il encore nécessaire de vous rappeler qu’une sexualité épanouie, c’est possible ? 😉

Vous avez tout lu ? Bravo ! 😁

Si vous voulez en savoir plus sur mon approche, c’est par ici :
Ma philosophie

A bientôt, peut-être 😊

%d blogueurs aiment cette page :